[Un an après] Economie : retour au 20e siècle !
Partager

Des coupes budgétaires, des arrêts de dispositifs, un schéma de développement économique anachronique… Cette commission nous a donné bien du fil à retordre.

 

Le SRDEII : un schéma économique anachronique

Cette première année de mandat a été marquée par l’élaboration du Schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII), adopté en session plénière le 15 décembre 2016.

Prévu par la loi NOTRe, ce nouveau schéma confie à la Région la responsabilité exclusive de la définition des orientations en matière de développement économique sur son territoire. Ce document est stratégique pour l’économie régionale : il encadre désormais les interventions des autres collectivités territoriales auprès des acteurs économiques, en déterminant par exemple les aides économiques possibles.

C’était donc un rendez-vous à ne pas manquer . Notre groupe, toujours dans un esprit constructif, était bien déterminé à contribuer à son élaboration.

Notre contribution à la phase préparatoire de ce schéma a ainsi pris la forme du plan 55 000 emplois grâce à la transition écologique de l’économie. Son objectif principal est de garder la Région sur la voie de la transition et d’en accélérer la mue, en défendant une économie humaine, au service des territoires et des besoins de ses habitants, respectueuse des salarié-e-s qui créent de la richesse, une économie décarbonée qui répond à l’urgence environnementale, tout en préservant durablement nos activités sur notre territoire. Ce plan se compose de 36 propositions, articulées autour de 5 piliers :

  1. Développer les filières agricoles locales pour une alimentation de qualité ;
  2. Accélérer la transition énergétique ;
  3. Soutenir l’écologie industrielle et l’économie circulaire ;
  4. Favoriser l’économie collaborative, sociale et solidaire, de proximité ;
  5. Une stratégie régionale de formation sur les métiers de demain.

Làs ! La majorité régionale a produit un schéma qui en prend l’exact contre-pied : un schéma ultra productiviste, plutôt du côté des vieilles recettes que de l’audace. C’est la croissance pour la croissance, sans visage humain. Peu voire pas d’ambition en matière d’économie de proximité, d’économie circulaire, d’économie collaborative, d’économie sociale et solidaire. Rien sur le climat, la biodiversité, la raréfaction des ressources naturelles, ni sur la coopération décentralisée, le numérique éthique, les métiers verts. Par contre, un paragraphe entendu sur le caractère « essentiel » du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. De plus, ce document signe l’abandon de la conditionnalité des aides aux entreprises à des critères sociaux, environnementaux et démocratiques… c’était une modeste avancée du précédent mandat, obtenue à l’issue d’un travail de longue haleine et dont les écologistes avaient été moteurs.

Notre groupe s’est donc abstenu lors du vote de ce schéma. Nous n’avons pas voté « contre » afin d’encourager les efforts affichés en matière de transition énergétique notamment.

Des projets intéressants confrontés aux coups de ciseaux et coups d’arrêts

Au-delà de ce grand schéma dont nous ne mesurons pas encore complètement l’impact, les signaux envoyés par la nouvelle majorité sont plutôt mauvais en ce qui concerne un certain nombre de dossiers.

Nous avons ainsi dénoncé et voté contre l’abrogation :

  • du Fonds régional d’aide à l’investissement des entreprises de l’ESS ;
  • de la Prime régionale à la création d’entreprises de service à la personne.

Un certain nombre de projets ont subi des coupes significatives que nous avons dénoncées parmi lesquelles :

  • l’aide versée à l’Institut d’Etudes Appliquées de Nantes réduite à hauteur de 50% ;
  • l’aide versée à l’association d’épargne solidaire Finansol, est passée de 30 000 € en 2015 à 10 000 € en 2016, et une suppression est envisagée pour 2018 ;
  • les aides à la mobilité des étudiants Envoléo réduites de 50% ;
  • les crédits recherche diminués de 39% entre 2015 et 2017.

Nos propositions pour dynamiser l’économie rurales retoquées

D’autre part, nous avons formulé plusieurs propositions et amendements lors de l’élaboration du Pacte régional pour la ruralité, tous retoqués par la majorité :

  • soutien au développement de lieux d’accueil multi-services ;
  • prêt à taux zéro pour les artisans et commerçants créant ou reprenant une activité avec un bonus pour les projets ESS ;
  • poursuite du déploiement du dispositif régional en faveur de la modernisation de l’artisanat, du commerce et des services en milieu rural (depuis, il semblerait, suite aux multiples interventions de Sophie BRINGUY au sein de la commission Territoires, que le dispositif pourrait être rétabli) ;
  • développement des espaces de travail partagé ;
  • soutien aux projets collectifs et issus de l’économie sociale et solidaire.

Notre vision de l’économie diffère ainsi radicalement de celle de la majorité régionale. Nous continuerons à influer autant que possible sur les dossiers économiques de la Région et à alerter les Ligériennes et Ligériens.

 

Une réflexion au sujet de “[Un an après] Economie : retour au 20e siècle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *