[Un an après ] International / commande publique : chasser en meute, selon Bruno RETAILLEAU
Partager

Franck NICOLON suit les travaux de la commission « Finances, ressources humaines, affaires générales, coopération interrégionale, affaires européennes et coopération internationale » pour le groupe. Lucie ETONNO est quant à elle suppléante au sein de la Commission d’Appel d’Offres (CAO), instance stratégique qui peut jouer un rôle moteur dans la transition écologique et sociale de notre économie.

 

La représentation européenne

Notre Région avait choisi de coopérer avec les Régions voisines pour être représentée à l’Europe, permettant de peser davantage et de réduire les coûts pour être présents à Bruxelles. La nouvelle majorité a revu radicalement ce choix d’ouverture et de coopération. L’espace et l’équipe commune avec la Bretagne et Poitou-Charentes ont été abandonnés au profit d’un seul espace « Pays de la Loire ». La volonté affichée est de se positionner en concurrence par rapport aux autres Régions. « Nous devons chasser en meute », explique le Président de la Région : tout un symbole !

La coopération internationale

Sur le plan international, nous avons toujours soutenu les actions de coopération avec les pays émergents. Ainsi, des programmes de solidarité internationale, de développement durable et d’échanges culturels ont été menés, avec la Tunisie par exemple. Car nous savons que cette coopération décentralisée est une méthode efficace pour assurer les fondations d’un développement économique et social local. La nouvelle majorité a choisi de stopper brutalement cette politique et a changé profondément de philosophie en adressant le soutien de la Région à des minorités religieuses et en recherchant une coopération permettant une plus-value économique.

100 millions d’euros d’économie de fonctionnement = menace sur les services !

Plus globalement, nous attendons toujours quels services seront réduits, quels postes seront supprimés par Bruno RETAILLEAU, martelant une réduction de 100 millions d’euros de fonctionnement régional. Or, nous savons que les fonctionnaires de notre Région sont parmi les moins nombreux par habitant. Cette menace permanente pèse inutilement sur les services régionaux et ne permet pas aux agents de trouver une ambiance sereine sur leur lieu de travail.

La Commission d’Appel d’Offres (CAO) : entre renoncement et accaparement

Etre dans la minorité, c’est aussi défendre les dispositifs et outils innovants mis en place lors du précédent mandat. Les écologistes ont développé une certaine culture de la commande publique, convaincus de son rôle moteur dans la transition écologique et sociale de notre économie. Sans surprise, nous nous attendions à une remise en cause de la charte de la commande publique responsable adoptée en 2012. Les objectifs « Haute Qualité Environnementale » « agriculture biologique » « commerce équitable » sont désormais relégués au second voire au troisième plan et n’apparaissent plus comme des critères prioritaires dans la logique d’achat de la collectivité.

Lucie ETONNO, suppléante au sein de cette instance, témoigne :

« Cette fin de la charte de la commande publique responsable s’accompagne d’une autre décision lourde de sens : la majorité s’est octroyée des pouvoirs élargis pour les procédures de passation de marchés publics, la fixation des tarifs régionaux et les délégations de service public, ce qui est très préoccupant pour la démocratie régionale. Nous glissons vers un pouvoir personnel sans véritable contrôle du bon déroulement de la procédure, ni même voix au chapitre ».

Une CAO appauvrie de ses ambitions, au premier rang desquels devenir un outil de la transition et qui ne bénéficiera plus de ce regard pluriel pourtant garanti par notre démocratie.

Une réflexion au sujet de “[Un an après ] International / commande publique : chasser en meute, selon Bruno RETAILLEAU

  1. ben c’est pas très rassurant tout ça dites-moi… et faut se les taper encore combien de temps ces guignols? ils vont large avoir le temps de provoquer de sacrés dégâts… 🙁 quelles élections désastreuses! ça fait craindre le pire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *