[BILLET] Pollution radioactive de la Loire : les élu.e.s régionaux écologistes saisissent le préfet de bassin
Partager

Le 21 juin 2019, les élu.e.s du Groupe Écologiste et Citoyen informaient leurs collègues réunis en session plénière sur les quantités anormales de tritium relevées dans la Loire. Faisant suite à cette alerte, ils ont saisi avec leurs collègues des Régions Nouvelle Aquitaine et Centre-Val de Loire le 10 juillet dernier le préfet coordonnateur de bassin pour demander la transparence et des mesures correctives.

Tout a commencé par une alerte de l’Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest (ACRO) le mardi 18 juin 2019 sur la présence chronique anormalement élevée d’hydrogène radioactif (tritium) dans la Loire. La concentration de tritium a même été relevée à 310 becquerels par litre (Bq/L) à Saumur en janvier 2019 alors que la France a fixé son seuil d’alerte à 100 Bq/L pour l’eau de consommation.

Par un courrier du 10 juillet 2019, les élu.e.s régionaux écologistes des Régions Nouvelle Aquitaine, Centre-Val de Loire et Pays de la Loire se tournent vers l’État. Pour Christelle Cardet, conseillère régionale du Maine-et-Loire : « Dans un premier temps, il est nécessaire de clarifier l’origine de la valeur exceptionnelle relevée en janvier dernier à Saumur. Nous demandons donc au préfet de communiquer tous les éléments pouvant expliquer ce pic de radioactivité et de partager ces informations en mettant en place une cellule de suivi réunissant toutes les autorités, organismes et associations responsables. L’exploitation de ces éléments dans la plus grande transparence, notamment les signalements d’événements anormaux ou rejets des centrales nucléaires concernées, devra pouvoir déboucher le cas échéant sur une enquête indépendante ».

Au-delà de cette information nécessaire, Sophie Bringuy, co-présidente du groupe demande « de clarifier l’impact sur la santé et l’environnement des taux de radioactivité chronique relevés dans la Loire et la Vienne. La cellule de suivi doit pouvoir demander si besoin des études complémentaires et faire des recommandations pour protéger les populations et la biodiversité ».

Il apparaît par ailleurs que des taux anormaux de tritium ont également été relevé dans la Sarthe. Une cartographie de la pollution et une vision globale de la situation doit être élaborée.

L’intervention en session le 21 juin du Groupe Écologiste et Citoyen : à retrouver ICI.

Le courrier interrégional des élu.e.s écologistes : à lire ICI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.