[C_PRESSE] Alerte rouge mondiale sur la biodiversité : la Région Pays de la Loire doit prendre sa part
Partager

Réunis à Paris jusqu’au 6 mai, les experts de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) tirent la sonnette d’alarme sur la disparition accélérée du vivant avec près d’un million d’espèces menacées d’extinction dans les prochaines décennies. Les Pays de la Loire sont concernés : les espèces menacées y représentent 35 % des oiseaux nicheurs, 38 % des reptiles ou 24 % des plantes à fleur et fougères. La Région s’est engagée fin 2018 en adoptant une stratégie régionale pour la biodiversité. Cependant, les actions mises en place depuis sont majoritairement dans le champ symbolique ou de l’ordre des études. Les élu.e.s du groupe Ecologiste et Citoyen demandent donc davantage de cohérence et des actions concrètes.

Sophie BRINGUY, co-présidente du groupe Ecologiste et Citoyen : « Le rapport de l’IPBES montre qu’il ne convient plus seulement de parler d’érosion mais bien d’une menace d’extinction qui pèse sur la biodiversité. A l’échelle régionale, il est donc temps de sortir des actions symboliques ou de communication. Quand je vois par exemple les derniers dispositifs gadgets présentés en commission permanente par la majorité régionale, un club des mécènes « entreprises et biodiversité » pour l’instant « fantôme » ou une charte « au rabais » pour des entreprises ambassadrices de la biodiversité, je doute que notre Région soit à la hauteur des enjeux. Nous avons besoin d’action et de concret, de tisser des ponts entre les acteurs du territoire, les entreprises, les associations, les collectivités. Nous avons besoin d’une alliance territoriale pour la biodiversité. Pas de distribuer des médailles ! »

Elle ajoute: « Nous appelons aussi à mettre en cohérence toutes les politiques régionales avec les objectifs partagés de préservation de la biodiversité. Nous savons que l’agriculture industrielle et l’artificialisation des sols sont les causes principales de la menace d’extinction qui plane sur la biodiversité dans la région. Préserver la biodiversité en Pays de la Loire, cela commence par arrêter de la détruire, et donc fermer les vannes des subventions régionales à l’industrie agro-alimentaire ou cesser de financer des zones d’activités sans démarche environnementale.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.