[C_Presse] Baisse des budgets pour les missions locales : la Région pénalise les jeunes les plus fragiles
Partager

La majorité Retailleau à la Région continue de porter des coups durs à des politiques essentielles pour les Ligérien-ne-s. En commission permanente, vendredi 19 mai, la Région devrait voter une baisse de 10% du budget des missions locales, qui accompagnent les jeunes dans leur insertion sociale et professionnelle (information, orientation, accompagnement, soutien en matière d’emploi, de formation, de santé, de logement).

Christelle CARDET, conseillère régionale du groupe Ecologiste et Citoyen dénonce cette baisse insensée : « En 2014, plus de 65 000 jeunes Ligériennes et Ligériens ont fait appel aux missions locales et ces chiffres sont croissants : il y a un réel besoin d’accompagnement. Au lieu de prendre en compte ces données factuelles, la Région a décidé de raboter les budgets et s’attaque ainsi à une population fragile, les 16-25 ans. »

Non seulement l’enveloppe budgétaire est rabotée mais elle comporte une part fixe de seulement 70% contre une part variable de 30% suspendue à des objectifs de performance : « Cette précarisation des ressources des Missions Locales se traduira nécessairement par une diminution des projets mis en place pour les jeunes : ateliers recherche d’emploi, aide pour trouver un logement, formations pré-qualifiantes et stages en entreprises, sorties culturelles… Impossible de faire autant avec moins de moyens. L’orientation et la formation sont mises à mal par cette politique du chiffre, et la simple logique comptable et budgétaire va impacter des personnes souvent très éloignées de l’emploi » poursuit la conseillère régionale.

 

Par ailleurs, cette baisse intervient alors que l’emploi des jeunes connaît une légère amélioration (-0,2% de jeunes demandeurs d’emploi sur les 3 derniers mois et -8,6% sur l’année dans la région – source ORES) et alors que les jeunes les plus éloignés de l’emploi tentent de tirer leur épingle du jeu. « Ceci manque de pragmatisme, une qualité que revendique pourtant Bruno Retailleau ! » ajoute Christelle CARDET.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *