[C_PRESSE] Documentaire ZAD: la majorité persiste et signe dans la censure
Partager

Ce vendredi 8 février figurait à l’ordre du jour de la commission permanente du Conseil régional le réexamen du dossier d’aide à la production du documentaire « Notre-Dame-des-Landes, la Reconquête » de Thibault Férié. Le documentaire avait subi un acte de censure de la part de la majorité régionale qui avait refusé de le subventionner malgré l’avis « favorable » du comité technique cinéma et audiovisuel, avis qui avait été retranscris de manière erronée dans les rapports transmis aux élu.e.s régionaux.ales. Sans surprise, la majorité régionale a de nouveau refusé de soutenir financièrement le documentaire. Les élu.e.s du groupe Écologiste et Citoyen dénoncent une censure toujours injustifiée.            

« Après la découverte du caractère « erroné » du rapport soumis au vote le 28 septembre dernier, nous avions écrit à Laurence Garnier, présidente de la commission culture du Conseil régional, pour demander que soit réexaminé le dossier sur la base du véritable avis du comité » précise Lucie Etonno, conseillère régionale. « Notre demande a été entendue et le vote d’aujourd’hui a permis un débat que la majorité s’était évitée en septembre dernier. »

Elle ajoute : « Nous déplorons cependant l’attitude de la majorité régionale qui campe sur sa position en invoquant des arguments de refus qui n’ont rien à voir avec le règlement d’intervention. Elle persiste donc dans la censure d’une œuvre artistique malgré le tollé suscité parmi les auteurs et professionnels de l’audiovisuel et du cinéma. »

Sophie Bringuy, conseillère régionale et co-présidente du groupe Écologiste et Citoyen: « La justification avancée par la majorité est contraire au règlement d’intervention qui régit les aides régionales aux films et documentaires. Celui-ci précise que les projets seront « essentiellement retenus pour leur qualité artistique » ou « pour leur lien avec une thématique régionale ou leur capacité à contribuer au développement d’un savoir-faire régional ». Nous avons étudié la possibilité d’un recours juridique contre cette décision : le pouvoir discrétionnaire de la majorité rend malheureusement un recours devant le tribunal inutile. »

En commission permanente ce matin, Sophie Bringuy est intervenue en ces termes : « La décision de censurer une œuvre artistique est grave. J’aimerais savoir qui d’entre vous a pris le temps de regarder le documentaire ». Seule une élue de la majorité a levé la main.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.