[C_PRESSE] Et si le Contrat d’avenir commençait par le respect de la démocratie régionale ?
Partager

Mercredi 6 février 2019, nous avons appris que la signature du Contrat d’avenir par la présidente du Conseil régional se tiendrait vendredi 8 février à 9h30 à l’hôtel de Région en présence du Premier ministre. Comment ? Une froide invitation par courriel arrivée à 17h50.

« Depuis hier, aucune information sur le contenu final du contrat ne nous a été envoyée. Nous ne savons rien de son évolution depuis le projet voté lors de la réunion du Parlement des territoires le 2 juillet 2018 ! Il n’est même pas certain que nous en ayons connaissance avant la signature ! », s’indigne Sophie Bringuy, co-présidente du Groupe Ecologiste et Citoyen. « C’est un déni de démocratie. Cela signifie que la présidente de Région envisage de signer un document cadre avec l’Etat sans un débat préalable sur le fond dans l’hémicycle, sans un vote des élu.e.s du Conseil régional qu’elle préside».

Elle s’interroge : « Quelle message envoie la présidente du Conseil régional alors que ces dernières semaines ont vu une remise en question profonde de la manière dont certain.e.s font de la politique ? Que la présidente d’un exécutif régional peut finaliser seule un projet aussi structurant pour notre Région ? Quelle urgence justifie d’esquiver le débat régional ? Cela fait plus d’un an que le contrat traîne : nous avons eu quatre sessions du Conseil régional depuis l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, sessions durant lesquelles elle n’a pas mis le sujet en débat. Pourquoi ne pas attendre la session des 21 et 22 mars ou organiser une session extraordinaire d’ici fin février ?»

Le Groupe Ecologiste et Citoyen regrette que le Contrat d’avenir, qui doit engager l’Etat et la Région sur des projets structurants, soit signé dans la précipitation et sans débat ou vote de l’assemblée régionale. Ce sont ces méthodes qui ont conduit au gâchis à Notre-Dame-des-Landes. A croire que la leçon n’a pas été apprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.