[C_Presse] La majorité décroche de l’éducation
Partager

Deux plans en faveur de la jeunesse seront votés à l’occasion de la session du 17 mars 2017 : la lutte contre le décrochage scolaire et le plan éducatif régional. Manque de concertation des élu-e-s, budgets réduits, exclusion de certains jeunes de ces politiques… La majorité devrait faire autrement !

 

Décrochage scolaire : surtout des effets d’annonce

La Région Pays de la Loire a été, entre 2010 et 2015, pilote dans la lutte contre le décrochage scolaire
avec 80 % des 2400 jeunes suivis dans les dispositifs qui n’ont pas « décroché », ainsi qu’un taux de
rupture des contrats d’apprentissage de moins de 10 %. Ces résultats étaient très positifs.
La nouvelle majorité Retailleau affiche une grande volonté sur le thème du décrochage scolaire mais
les moyens mis en oeuvre ne sont pas à la hauteur des ambitions. Sur les 18 millions d’euros
d’affichés, 12 millions sont dédiés aux écoles de production : ce sont donc seulement 6 millions
d’euros qui seront effectivement consacrés au plan de lutte contre le décrochage scolaire. Quels
sont les projets nouveaux et quels crédits leur seront affectés ? Rien n’est précisé, l’opacité est de
mise.
Par ailleurs, de nombreux jeunes sont exclus puisque le plan s’adresse aux jeunes à partir de 16 ans.
Or, le décrochage commence dès le collège, vers 13/14 ans.

« De nombreux jeunes ne seront donc pas intégrés dans ce plan et pourtant, des dispositifs existent pour les soutenir. Contrairement à notre demande, le lycée expérimental de Saint-Nazaire qui accueille des élèves décrocheurs n’est pas non plus inclus dans le plan, c’est un précieux établissement qui est oublié. Le plan par ailleurs ne prévoit pas d’actions particulières pour les jeunes élèves porteurs d’un handicap, pour les jeunes étrangers ne parlant pas français, les mineurs non accompagnés. Les transports et l’hébergement des jeunes des territoires les plus éloignés doivent être soutenus par la Région » précise Franck NICOLON coprésident du groupe Ecologiste et Citoyen.

Plan éducatif régional : quelle ouverture sur le monde ?

« La lutte contre les discriminations et le thème du développement durable ont disparu des projets d’actions éducatives de la majorité Retailleau. La lutte contre le racisme et l’homophobie, les inégalités hommes-femmes sont pourtant plus que jamais d’actualité ! Nous serons attentifs à ce que les nouvelles priorités de la majorité ne soient pas réduites à des projets idéologiques. Les projets d’actions éducatives doivent continuer à être un outil d’ouverture sur le monde pour les jeunes de notre région » commente Franck NICOLON. « Par ailleurs, la majorité tient toujours ce double discours : elle annonce de grandes priorités et des plans d’actions mais… avec un budget réduit. Celui des actions éducatives affiche une baisse de 14% par rapport à 2016 : encore une coupe masquée » poursuit-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *