[C_PRESSE] Travaux ferroviaires sur la ligne travaux Nantes-Bordeaux: pour une rénovation complète et des transports de substitution performants
Partager

La commission permanente du Conseil régional des Pays de la Loire a attribué ce 15 novembre une subvention complémentaire de 4 666 667 € à SNCF Réseau pour la rénovation et la modernisation de la ligne ferroviaire Nantes-Bordeaux. Le lancement des travaux est avancé de deux mois et va occasionner la fermeture du tronçon entre La-Roche-sur-Yon et la Rochelle du 6 janvier 2020 au 29 mai 2021. Pour les élu.e.s du groupe Ecologiste et Citoyen au Conseil régional, cette longue fermeture appelle un plan de circulation à la hauteur pour remplacer les trains et une mobilisation des collectivités pour que soit actée la rénovation complète de la ligne, enjeu stratégique pour le territoire et la lutte contre le réchauffement climatique.

Lucie ETONNO, co-présidente du groupe Ecologiste et Citoyen et conseillère régionale vendéenne : « Si le début des travaux était attendu, l’interruption du trafic des TER et des Intercités va être longue pour la rénovation d’une seule voie pour le moment. Nous serons vigilants sur les travaux en cours et attendons de la Région, en lien avec SNCF Mobilité et l’Etat, un plan de transport de substitution par autocar qui devra être à la hauteur pour les usagers quotidiens et occasionnels de cette ligne. La continuité d’un service de qualité doit être au rendez-vous malgré les travaux. »

Elle ajoute : « Ces travaux s’inscrivent dans un lent processus de rénovation d’une ligne d’intérêt pourtant majeur entre les régions Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine. Les 18 mois d’interruption de trafic à venir ne doivent cependant pas en détourner les usagers. Nous demandons donc un message fort sur son avenir, à savoir la rénovation complète de la ligne sur ses deux voies, pour en faire une liaison performante, accessible et efficace entre Nantes et Bordeaux, avec une offre de TER renforcée. L’heure est donc à la mobilisation pour la majorité régionale, en lien avec la Région Nouvelle-Aquitaine et l’Etat, pour que le plan de financement de la seconde voie soit arrêté au plus vite. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.