[C_Presse] Fermetures de deux portions de lignes ferroviaires mayennaises : Carton rouge pour les écologistes !
Partager

Aujourd’hui, la commission permanente du Conseil régional a décidé d’accepter la fermeture des lignes de La Chapelle Anthenaise/Ambrières et de Laval/Bonchamp. Les élu-e-s écologistes se sont prononcé-e-s contre. Explication de vote.

 

– La première ligne est l’emprise de la ligne historique Laval/Mayenne, dont l’intérêt pour les voyageurs avait été mis en avant par l’ancienne majorité régionale, même si ce n’était pas une priorité immédiate. L’arrivée des nouveaux TER (Laval/Angers/Nantes) pourrait raviver, à moyen terme, une remise en service avec de nouveaux usagers. Pour rappel : la vente au département de cette ligne a été annulée par le juge après une procédure juridique de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT).

– La seconde ligne, laissée à l’abandon, dessert la ZI Nord de Bonchamp où plusieurs entreprises ont longtemps utilisé le fret ferroviaire. On pourrait très bien imaginer que des entreprises veuillent à nouveau s’appuyer sur le fret dans le cadre de transport de produits dangereux en priorité par le rail ou d’activités de tri.

Pour Lucie ETONNO, élue membre de la Commission transports : « Les emprises ferroviaires, lorsqu’elles ne sont pas utilisées, peuvent être mises à disposition des collectivités afin d’améliorer la sécurité et parfois de développer une voie douce (randonnée, vélo). Mais cette mise à disposition doit être organisée afin de permettre le retour du train si besoin ».

C’est dans ce sens que Sophie BRINGUY, membre de la commission permanente a insisté ce matin sur les « deux conditions nécessaires de cette occupation : provisoire et réversible ». Malgré des alertes réitérées des élu-e-s écologistes, aucun élément précis n’a été communiqué ni sur la durée de l’éventuelle convention, ni sur les engagements pris par les collectivités.

Au moment où la transition énergétique est une priorité régionale et gouvernementale, cette décision est incohérente et anachronique. Pour les élu-e-s écologistes, « le développement du secteur ferroviaire est une nécessité, pas seulement en LGV et autour des métropoles mais aussi en Mayenne. Encore faut-il que les infrastructures soient préservées« . Les élus écologistes condamnent sans réserves l’abandon programmée des deux portions concernées.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *