[C_Presse] Obsession du « tout routier » : la facture est salée !
Partager

Les élus écologistes et citoyens de Nantes Métropole et du Conseil Régional dénoncent l’entêtement de la majorité régionale pour le « tout routier ». Alors qu’une énième étude, coûteuse, financée par la Région, est actuellement en cours sur quatre hypothèses de franchissement, Nantes Métropole a fait savoir dans son plan de déplacement urbain (PDU) qu’elle ne retenait que l’option intra-périphérique. Pour les écologistes, d’autres solutions sont à privilégier sans nouvelle infrastructure.

« Cette obsession de franchissement sur la Loire, au frais de la collectivité, devient ridicule », lance Lucie ETONNO, conseillère régionale écologiste au transport. « Ce franchissement était annoncé haut et fort comme condition sine qua non à la réalisation de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Après l’abandon, nous aurions pu penser que la majorité arrêterait les frais. Au lieu de cela, la Région poursuit l’étude engagée de quatre scénarios de franchissement, étude qui a déjà coûté 400 000 euros, alors même que le Plan de Déplacement Urbain de Nantes Métropole, qui vient d’être adopté, n’évoque qu’un franchissement intra-périphérique. Pour nous, cela traduit surtout le fait que la Région  est complètement isolée dans cette vision obsolète du « tout routier ». Cet entêtement a un coût et la facture est salée ! ».

 

Au dernier conseil de Nantes Métropole, les élus écologistes et citoyens l’ont réaffirmé :

« Aujourd’hui, face aux enjeux climatiques, il est indispensable de réduire la part modale de la voiture. Les nouvelles infrastructures envisagées par la Région seraient des « aspirateurs à voitures ». La priorité est  d’améliorer la liaison entre le Nord et le Sud du département en aménageant le périphérique pour faciliter le transport collectif et le co-voiturage, notamment par le doublement du pont d’Anne de Bretagne pour renforcer la desserte en transports en commun ».

« L’urgence est d’avoir une réflexion collective sur les usages et d’optimiser l’existant en harmonisant les différents modes de transport »  concluent les élus écologistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *