[SESSION] Ecologie : pour une action régionale en dynamique de progrès continu
Partager

Côté écologie, la session des 17 et 18 octobre 2019 a été l’occasion d’adopter le Plan régional d’action pour l’économie circulaire (PRAEC) et le Plan régional de prévention et de gestion des déchets (PRPGD), ainsi que de prendre connaissance du rapport développement durable 2018. Si le groupe Ecologiste a salué le travail réalisé sur l’économie circulaire et les déchets, il a alerté sur les incohérences de l’action régionale au regard des enjeux écologiques.

Economie circulaire et déchets. Par la voix de Sophie Bringuy, membre de la commission qui suit les sujets de transition écologique, le groupe a salué le travail réalisé sur l’économie circulaire et les déchets. Elle a cependant enjoint la majorité de doter le Conseil régional des moyens humains et financiers pour mettre en œuvre les deux plans adoptés, afin que la dynamique impulsée irrigue davantage les politiques régionales et soutiennent les acteurs locaux dans leurs projets. Notamment en termes de formations, d’animation et d’ingénierie de projets.

Concernant les enjeux d’économie circulaire, Sophie Bringuy est revenu sur le dossier Arjo Wiggins. Elle est persuadée du potentiel du site dans le cadre d’une diversification vers le packaging alimentaire papier en réponse à la remise en cause du tout plastique. Elle demande à la présidente de Région de travailler à l’émergence d’une demande dans l’industrie agro-alimentaire locale pour des emballages sains en circuit de proximité et de soutenir la R&D et les investissements nécessaires pour calibrer l’offre en face, du côté d’Arjo Wiggins et des autres industriels de l’emballage.

Rapport développement durable. Sophie Bringuy a de nouveau appelé de ses vœux que le rapport développement durable réalisé chaque année soit un outil de pilotage et de progrès pour les politiques publiques au regard des objectifs de développement durable. Elle estime qu’aujourd’hui la majorité se contente d’un exercice obligé qui se solde par une plaquette d’autopromotion fourre-tout. Pourtant, les incohérences et marges de progrès sont évidentes comme par exemple :

  • L’aide aux communes : la Région financement aujourd’hui allègrement des projets de bâtiments qui respectent tout juste la règlementation dite RT2012. Or, les subventions régionales devraient permettre aux communes d’aller plus loin et d’investir dans des projets responsables à tous points de vue : matériaux utilisés, autonomie voire production d’énergie renouvelable, prise en compte de la santé-environnement…
  • La rénovation énergétique : près d’un ligérien sur 2 souhaite entreprendre des travaux de rénovation énergétique sans disposer des moyens suffisants. Les réponses de la majorité ? Une division par 4 du budget d’aides aux ménages depuis 2016 et aucun dispositif alternatif proposé à ce jour.

Qualité de l’eau. Sophie Bringuy a demandé à la Région de passer aux actes en traduisant son discours politique autour des enjeux de qualité de l’eau dans un budget volontariste pour 2020. Le groupe a salué la candidature du projet Revers’eau à l’appel à projet européen Life ou encore la prise de compétence d’animation sur l’eau. Cependant, il ne faudrait pas que ces démarches se limitent aux effets d’annonce avec pour conséquence une mise en stand-by de l’action régionale.

Pour aller plus loin : lire l’intervention de Sophie Bringuy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.