[SESSION] Nous disons OUI au train de nuit
Partager

« Et si voyager en train couchette était de nouveau tendance ? » Pour les élu.e.s du groupe Ecologiste et Citoyen au Conseil régional, la réponse est clairement oui. Ils l’ont affirmé lors de la session du Conseil régional des 17 et 18 octobre à travers une question orale posée à la présidente du Conseil régional. L’objectif : que les Pays de la Loire se mobilisent pour peser dans le débat et faire revenir le train de nuit au départ et à l’arrivée de notre région !

Alors qu’il existait une soixantaine de trains de nuit qui sillonnait la France il y a encore quelques années, il reste aujourd’hui seulement deux lignes de nuit en France reliant Paris à Briançon et Paris à Portbou à la frontière espagnole. De récentes prises de position publiques d’élu.e.s ou mobilisations citoyennes ont cependant eu pour mérite de remettre le sujet sur le devant de la scène. Elles s’appuient notamment sur le renouveau du train de nuit en Europe, où plusieurs pays développent à nouveau ce type de liaison avec succès, comme en Autriche, en Allemagne ou en Suède.

Pour Sophie Bringuy, qui a interrogé la majorité régionale au nom du groupe Ecologiste et Citoyen, le train de nuit, en plus d’être « une poésie sur rails et une réponse au désenclavement des territoires », apparaît indispensable dans le défi climatique à relever dans les prochaines années. La nouvelle attractivité de lignes de nuit pourrait en effet venir concurrencer les avions des lignes aériennes low-cost, gros émetteurs de CO2.

Au départ des Pays de la Loire pourraient donc être étudiées des liaisons nocturnes vers la Méditerranée par Lyon, ou vers Lille et Strasbourg. Si la majorité partage la nostalgie des trains de nuit, elle n’a cependant pas voulu s’engager concrètement pour lancer une réflexion sur le sujet, prétextant notamment les travaux nocturnes sur les voies pour justifier sa position. Malgré ce « non » au train de nuit, les élu.e.s du groupe Ecologiste et Citoyen continueront de peser pour le développement de solutions de mobilités décarbonnées en Pays de la Loire.

Pour aller plus loin : lire l’intégralité de la question posée par Sophie Bringuy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.