[SESSION] Un mandat de perdu pour la transition écologique de l’agriculture et l’alimentation régionale
Partager

Dans son intervention au titre des rapports de la commission « agriculture, alimentation », Christophe Dougé a d’abord rappelé le gros désaccord du groupe Ecologiste et Citoyen avec la majorité régionale LR-UDI depuis le début du mandat : la politique de « chèques cadeaux », subventions sans conditionnalité écologique et sociale aux industries agro-alimentaires. A travers le budget primitif 2020 et l’attribution de 10M€ pour des subventions supplémentaires, la majorité régionale continue en effet de soutenir un modèle à bout de souffle.

Christophe Dougé a donc expliqué ce qu’aurait fait le groupe Ecologiste et Citoyen s’il avait présenté le même rapport  : « Nous, écologistes, nous nous serions appuyés sur une stratégie régionale alimentaire territoriale, avec un grand principe : soutenir de manière incitative les petites PME et la transformation à la ferme. Ils œuvrent pleinement pour la transition écologique de notre alimentation avec un objectif clair à atteindre : être climato-compatible (bas carbone, gestion de l’eau, zéro pesticides, sans OGM…) »

La majorité s’est engagée à faire évoluer le cahier des charges d’attribution des aides publiques dans cette commission. Malgré nos alertes récurrentes, cet engagement arrive tard. C’est donc un mandat de perdu pour la transition écologique de notre alimentation régionale.

Christophe Dougé a également insisté dans son intervention sur la future Politique Agricole Commune (PAC), alors que la majorité souhaite porter des sujets prioritaires dans les négociations en cours sur la future PAC. Pour lui, il s’agit du levier financier le plus important pour améliorer notamment la qualité de l’eau et engager une véritable transition pour agir en faveur des enjeux environnementaux et économiques de l’agriculture. Il a également pointé l’enjeu de la transmission/installation dans la future programmation, alors que près de la moitié des agriculteurs a plus de 55 ans. Il s’est enfin réjoui de voir enfin inscrit dans le document de position concernant cette future PAC présenté par la majorité le développement de projets de territoires partagés entre acteurs agricoles et ruraux. Cela fait en effet quatre années que le groupe Ecologiste et Citoyen invite à chaque session à une démarche plus territoriale et transversale en lien avec les collectivités liant tous les enjeux d’une agriculture relocalisée – eau – biodiversité – climat, développement économique local  pour une alimentation saine et de qualité.

En réponse à l’intervention de Christophe Dougé, Lydie Bernard, présidente de la commission « agriculture, alimentation » a de nouveau acté la divergence de vision sur le soutien à l’industrie agro-alimentaire. Elle a également évoqué la conditionnalité qu’elle souhaite mettre en place dans la redéfinition à venir des critères d’aides publiques . C’est donc un nouveau (tout) petit pas de la majorité vers une approche plus agroécologique de notre agriculture et notre alimentation.

Pour aller plus loin : lire l’intervention complète de Christophe Dougé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.