Train Caen-Alençon-Le Mans-Tours : priorité à la rénovation !
Partager

Hier soir, jeudi 1er mars 2018, Sophie Bringuy, co-présidente du Groupe Écologiste et Citoyen, et Lucie Etonno, membre de la commission transports du Conseil régional des Pays de la Loire, étaient mobilisées avec les usagers-ères, élu-e-s et cheminots pour l’appel à la sauvegarde de la ligne Caen-Alençon-Le Mans-Tours. Sur cette ligne stratégique pour la Région, les écologistes demandent depuis des années une modernisation indispensable.

« La mobilisation unanime pour le maintien de la ligne Caen-Alençon-Le Mans-Tours hier soir résulte d’un constat partagé : c’est un axe majeur en Sarthe », analyse Sophie Bringuy. « Son état de détérioration actuel est préoccupant. Le risque à moyen terme, c’est que la circulation devienne trop dangereuse. Nous devons obtenir des garanties pour un calendrier de travaux à même de permettre le maintien de la ligne. »

 

Pour rappel, la ligne Caen-Alençon-Le Mans-Tours relie le Nord et le Sud de la Sarthe. Elle connecte aussi ce département à la Normandie et au Centre-Val-de-Loire. Beaucoup de personnes prennent ce train chaque jour pour étudier ou travailler. Par ailleurs, c’est aussi une ligne qui relie les campagnes sarthoises à deux gares TGV : Le Mans et Saint-Pierre-des-Corps (via Tours). Elle contribue donc pleinement au désenclavement rural.

 

« Cette ligne représente un enjeu régional et inter-régional au même titre que la ligne Nantes-Bordeaux pour laquelle nous sommes également fortement mobilisés. Nous demandons que cette ligne soit hissée au rang des priorités des négociations avec la SNCF et l’Etat. Elle doit clairement figurer dans le contrat d’avenir que la présidente de Région, Christelle Morançais, veut conclure avec le Gouvernement. Nous l’avons déjà exprimé à plusieurs reprises, sans réponse claire en retour », complète Lucie Etonno.

 

La prise de conscience des enjeux climatiques est de plus en plus forte. Le Groupe Écologiste et Citoyen rappelle que le transport ferroviaire est un mode de déplacement écologique qui contribue à limiter nos émissions de gaz à effet de serre. Dans ce contexte, notre réseau ferré est un patrimoine précieux dans lequel il est nécessaire d’investir avec volontarisme. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui comme le montre par exemple le retard de mise en service de la halte ferroviaire « Le Mans Hôpital » initialement programmé pour 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *