[Billet] Fonds régional de soutien au développement des tiers-lieux : mieux vaut tard que…
Partager

Depuis 2016, le groupe Écologiste et Citoyen demande que le Conseil régional soutienne la création de tiers-lieux et réponde ainsi à la demande d’accompagnement émanant des territoires sur des projets hybrides, qui souvent peinent à rentrer dans les cases des dispositifs d’aides existants. Quelques mois avant la fin du mandat, les lignes bougent enfin : la commission permanente du 13 novembre 2020 a voté la création d’un fonds régional de soutien au développement des tiers-lieux, doté d’un million d’euros. Bonne nouvelle.

C’est un des effets positifs de la Covid-19 : le déblocage de certaines propositions, jusque-là restées lettre morte. Ainsi, les tiers-lieux apparaissent enfin pour la majorité LR-UDI comme un « levier de revitalisation, d’attractivité et d’animation des territoires » à même de « développer l’inclusion numérique et les espaces de coworking pour limiter les déplacements » (extraits du rapport soumis au vote le 13 novembre en commission permanente du Conseil régional).

Dès 2016, lors de l’élaboration du pacte régional pour la ruralité, le groupe Écologiste et Citoyen avait mis sur la table des propositions très concrètes sur ce sujet dans sa contribution du 6 juin :

« Nos propositions avaient alors été balayées d’un revers de la main, jugées utopiques, pas sérieuses, pas prioritaires… », déplore Sophie Bringuy, conseillère régionale membre de la commission en charge des territoires.

Trois après, en juin 2019, le groupe avait profité de la session régionale pour proposer 4 actions prioritaires, laissées sans réponse par la majorité LR-UDI.

« Nous avons cependant persévéré et régulièrement remis l’ouvrage sur le métier pour les faire avancer. Nous avons ainsi saisi l’occasion du plan de relance débattu en juillet dernier pour remettre le soutien aux tiers lieux en débat avec l’idée de créer des espaces de co-working connectés accessible en moins de 15 minutes à vélo partout sur le territoire régional ».

Lucie Etonno et Franck Nicolon, les coprésident.e.s du groupe et membres de la commission permanente, ont donc exprimé clairement le soutien du groupe ce 13 novembre à la création du nouveau fonds, qui permettra de subventionner « les dépenses de fonctionnement [des tiers lieux] telles que l’ingénierie préalable au projet, les frais de personnel, les frais de prestations d’animation, etc. »*.

Pour Lucie Etonno, « avec la création de ce fonds pour le développement des tiers-lieux, le Conseil régional franchit un pas attendu par de nombreux acteurs du territoire. Nous avons depuis le début du mandat été interpellés à plusieurs reprises sur des projets dont les porteurs auraient aimé bénéficier d’un accompagnement de la Région, comme c’est déjà le cas par exemple en Centre-Val de Loire, Occitanie ou Nouvelle Aquitaine. Ce dossier illustre la difficulté de la majorité LR-UDI à intégrer dans son logiciel politique les innovations sociétales. Elle a concrètement quelques années de retard sur nous, notamment en matière de tiers-lieux ! ».

*Ils se sont abstenus sur l’ensemble du rapport qui par ailleurs prévoyait d’importantes subventions pour la création de zones d’activités et d’autres projets posant question.