[BILLET] Politique de rayonnement international : un vote qui mérite explications
Partager

Lors de la commission permanente du Conseil régional du 25 septembre 2020, les élu.e.s devaient se prononcer sur un rapport qui concerne la politique de rayonnement international de la collectivité. Malgré la qualité de certains dossiers concernant les projets de coopération internationale, Lucie Etonno et Franck Nicolon, élu.e.s du groupe Ecologiste et Citoyen membres de la commission permanente, ont choisi de s’abstenir en raison de la présence d’autres dossiers très divers et aux enjeux forts au sein du même rapport soumis au vote : une aide d’urgence exceptionnelle pour le Liban, une subvention à l’Institut Confucius d’Angers et la politique d’internationalisation de l’économie. Quelques explications :

Lucie ETONNO, co-présidente du groupe : « Les rapports soumis au vote des élu.e.s incluent en général plusieurs dossiers ou dispositifs, regroupés au sein d’une même thématique. Lorsqu’un dossier en particulier nous pose question au sein d’un rapport, nous demandons un vote dissocié. Or, pour ce rapport « rayonnement international », chaque point aurait mérité une dissociation tant certains éléments nous posaient question. Nous nous sommes donc abstenus sur l’ensemble du rapport et avons exprimé nos interrogations sur ces dossiers pendant la commission permanente. »

Parmi ces dossiers soumis à l’approbation des élu.e.s :

  • Les orientations du « Book 2020 », catalogue de la politique régionale d’internationalisation de l’économie faisant état des « tendances et opportunités à l’international » pour les entreprises ligériennes. Pour les élu.e.s écologistes, ce « Book » est l’illustration du recentrage de la politique internationale de la majorité LR-UDI vers les activités à plus-value économique immédiate, sans approche sélective de l’export, sans conditionnalité écologique et sociale, sans prise en compte de la compatibilité d’une telle politique avec les accords de Paris sur le climat. Le contexte sanitaire actuel invite pourtant à une profonde remise en cause de notre dépendance aux marchés internationaux et à privilégier la relocalisation de notre économie.

 

  • Le soutien à 18 dossiers au titre du « Fonds régional d’appui à la coopération internationale » pour un montant total de près de 328 000€. Cet appel à projets figure parmi les derniers leviers d’action de la politique de solidarité internationale de la Région. Des projets soutenus par les élu.e.s écologistes, qui regrettent l’émiettement du volet « coopération internationale » dans la politique de leur collectivité.

La Région a voté une aide exceptionnelle de 100 000€ en faveur du Liban.

  • Une aide d’urgence exceptionnelle de 100 000€ pour le Liban à la suite de l’explosion survenue à Beyrouth le 4 août dernier. Après la catastrophe, le groupe Ecologiste et Citoyen avait demandé à la majorité de mobiliser des moyens pour soutenir la population libanaise. C’est chose faite avec cette aide de 100 000€, qui alimentera un fonds national de solidarité (50 000€) et soutiendra la scolarisation des populations vulnérables (30 000€). Le dernier volet de l’aide régionale, une subvention de 20 000€ à l’Œuvre d’Orient, association agissant auprès des « chrétiens d’orient », pour son action directe auprès des populations touchées, pose cependant question. Les fonds publics régionaux ont en effet vocation à bénéficier à tous les libanais sans condition d’appartenance à une religion. Pour la majorité, « les actions mises en place par ces partenaires bénéficient à toute la population libanaise sans distinction d’origine ni de confession ». Les élu.e.s écologistes et citoyens ont donc rédigé un courrier à la présidente du Conseil régional pour s’en assurer et demander à la majorité les garanties dont elle dispose quant à l’action de l’Œuvre d’Orient au Liban (à lire ici).

La Région Pays de la Loire soutient l’Institut Confucius d’Angers à hauteur de 39 000€ chaque année.

  • Une subvention de 39 000€ pour l’Institut Confucius d’Angers, établissement culturel ayant pour vocation de promouvoir la langue et la culture chinoise. Pour les élu.e.s écologistes, la Région a bien vocation à soutenir le renforcement des liens culturels entre deux pays dans le cadre de sa politique internationale. S’agissant de la Chine, il convient cependant d’être vigilant car l’impasse ne peut être faite sur les questions relatives à la répression à Hong-Kong ou au Tibet, au sort des Ouïgours ou au respect des droits de l’Homme en général. De plus, l’institut n’est plus seulement présenté comme un outil de coopération linguistique et culturel mais désormais également comme un outil de coopération économique « pour faciliter l’accompagnement des entreprises ligériennes en Chine et des entreprises chinoises sur le territoire ». Devant ce mélange des genres, n’y a-t-il pas une vigilance à avoir quand on connaît le caractère « offensif » de la politique économique et internationale de la Chine ? C’est dans ce sens que sont intervenus Lucie Etonno et Franck Nicolon en commission permanente.