[C_Presse] : Cadeaux aux industries agro-alimentaires : C’est déjà Noël avec la majorité Retailleau !
Partager

A chaque commission permanente, son lot de cadeaux aux industries agro-alimentaires de la part de M. Retailleau. Après la subvention « biscotte » en juillet, près de 300 000 euros de subventions votées ce vendredi 18 novembre en faveur des industries de l’agroalimentaire. Le groupe Écologiste et Citoyen dénonce ces subventions-cadeaux systématiques et demande une gestion plus vertueuse de l’argent public !

Après une subvention de plus de 390 000 euros accordée à un projet pour tester la solidité des biscuits et des biscottes en juillet, les  « chèques-cadeaux »  de la majorité aux industriels sont devenus systématiques et le montant dépasse désormais les 1 million d’euros depuis le début de mandat.

La majorité Retailleau persiste et signe aujourd’hui avec le vote de deux autres subventions :

  • 220 104 euros pour le projet RECAP visant à diminuer la présence de la bactérie Campylobacter dans les intestins de poulet et réduire les risques d’infection intestinale humaine : 2,2 millions d’euros de chiffre d’affaires additionnel prévu sur 3 ans pour le groupe Teraxion !
  • 66 523 euros pour développer un tank à lait « nouvelle génération » : permettant à terme au groupe SERAP INDUSTRIES (n°1 européen et n°3 mondial des refroidisseurs de lait) d’augmenter son chiffre d’affaires annuel de 10 millions d’euros et de se développer à l’export.

Pour Sophie BRINGUY, co-présidente du groupe Écologiste et Citoyen : « Malgré nos alertes, M. RETAILLEAU n’a pour l’instant engagé aucun travail de révision des critères d’attribution des aides régionales. Alors que l’argent public se raréfie et que des projets économiques locaux ont besoin de soutien financier, ces subventions-cadeaux à des grands groupes industriels qui dégagent de gros bénéfices – et donc n’ont pas besoin de subventions – sont d’autant plus choquantes. Pour les soutenir, un prêt d’honneur ou une avance remboursable sont bien plus appropriés.».

Christophe DOUGÉ, élu écologiste membre de la commission agriculture, ajoute : « Au lieu d’être attribuées à des industriels qui n’en ont pas besoin, ces aides pourraient être réorientées vers des projets qui développent une agriculture réellement soutenable, plus vertueuse et respectueuse de la santé et de l’environnement. Il faut cesser d’alimenter un système productiviste du passé qui a prouvé ses nombreux effets dévastateurs 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *