[C_Presse] Climat : la Région doit se fixer un cap à la hauteur des alertes scientifiques !
Partager

L’action contre le dérèglement climatique est à l’avant-scène : débats houleux concernant la loi climat résilience à l’Assemblée nationale, les membres de la Convention citoyenne qui dénoncent les renoncements du Gouvernement, ce même Gouvernement sommé d’agir avec l’Affaire du siècle, les marches pour le climat de ce week-end…

Qu’en est-il en Pays de la Loire ? Les élu.e.s du groupe Écologiste et Citoyen au Conseil régional sonnent l’alarme : alors que l’action doit être menée à tous les niveaux, au Conseil régional, le compte n’y est pas non plus.

Actuellement, dans les couloirs de la région, se discute le projet de Schéma régional de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET). Derrière cet acronyme, un document stratégique qui fixe les orientations à horizon 2050 pour les Pays de la Loire : grands principes d’aménagements, urbanisme et habitat, modes de déplacements, place de l’agriculture, biodiversité et qualité de l’eau… Des sujets qui impactent directement le quotidien des ligériens et ligériennes, tout comme les enjeux climatiques.

Lucie Etonno, co-présidente du groupe Écologiste et Citoyen : « Nous avons une vision ambitieuse du SRADDET. Pour nous, il doit poser clairement les enjeux, prendre en compte les travaux scientifiques pour fixer des objectifs clairs sur ce qui doit être fait afin de relever les défis actuels, dont ceux du dérèglement climatique. Le SRADDET doit indiquer vers où aller pour guider efficacement l’action publique et viser le niveau d’ambition nécessaire. A chaque fois que nous ratons une échéance, nous aggravons notre situation. Concrètement, aujourd’hui, le cap, c’est -60%*, voire même -65%* des émissions de gaz à effet de serre à horizon 2030, pour prendre en compte les alertes des scientifiques. La Commission européenne a récemment atterri sur un compromis, jugé déjà trop faible, à -55%* en décembre dernier. Il faut à minima se donner cette ambition ! »

Sophie Bringuy, qui suit le SRADDET pour le groupe écologiste alerte : « Dans le projet de SRADDET en débat, la majorité LR-UDI fixe un cap à -33,65%*. Ce n’est pas sérieux ! Elle argue que nous ne serions pas capables de faire mieux au vu de nos capacités actuelles et de la prévision d’augmentation démographique. Elle se défend d’être pragmatique. C’est prendre le problème à l’envers. Il y a une réalité scientifique et des objectifs que nous avons intérêt à tenir d’ici 2030. Le SRADDET est justement là pour pointer l’écart entre ce qui doit être fait et ce que nous faisons aujourd’hui. Il doit nous aider à mettre le curseur au bon niveau. Se donner des objectifs en-deçà des enjeux, c’est partir défaitiste et c’est aussi la meilleure manière de foncer dans le mur climatique ! »

Pour le groupe Écologiste et Citoyen, l’action actuelle de la majorité régionale est insuffisante : aucun plan climat mis en œuvre, pas de prise en compte des enjeux climatiques dans les politiques régionales (sauf une étude et quelques projets ciblés), installation d’un GIEC seulement en fin de mandat (décembre 2020)… Le groupe demande la construction d’une dynamique de l’ensemble des collectivités pour enfin répondre aux urgences climatiques.

Pour lire la contribution du groupe Écologiste et Citoyen au SRADDET : la contribution du groupe Écologiste et Citoyen au SRADDET 

*Année de référence : 1990.