[C_PRESSE] Consultation chartes pesticides : construire une alliance régionale pour la sortie des pesticides
Partager

Jusqu’au 13 juin prochain, la Chambre régionale d’Agriculture soumet à consultation ses chartes départementales « d’engagement des utilisateurs de produits phytosanitaires ». Après validation par le préfet, ces documents auront vocation à encadrer les distances de traitement vis-à-vis des riverains. Pour les élu.e.s écologistes du Conseil régional des Pays de la Loire, la copie est à revoir pour aboutir à des chartes qui soutiennent la réduction de l’utilisation des pesticides et préfigurent une alliance régionale pour la sortie des pesticides.

Pour Lucie Etonno, co-présidente du groupe Écologiste et Citoyen : « Nous libérer de notre dépendance à l’agro-chimie est un enjeu de santé publique, de biodiversité et de lutte contre le réchauffement climatique. La responsabilité de la sortie des pesticides incombe à tous les acteurs du secteurs alimentaire, de la fourche à l’assiette, c’est-à-dire du producteur au consommateur, en passant par la transformation et la distribution. C’est pourquoi nous appelons à la construction d’une alliance régionale pour la sortie des pesticides, où chacun s’engage. Les producteurs à diminuer l’épandage de produits nocifs. Les distributeurs à acheter les aliments produits écologiquement. Les consommateurs à privilégier la consommation locale ».

Pour Franck Nicolon, co-président du groupe Écologiste et Citoyen : « Les chartes soumises actuellement à concertation, si elles sont validées par le préfet, permettraient de diminuer les distances de sécurité prévues pour les riverains à l’échelle nationale, sans aucune mesure corrective, comme la plantation de haies barrières. Nous exprimons notre incompréhension envers la Chambre régionale d’Agriculture qui n’a pas saisi l’occasion de faire de ces chartes un outil d’alliance régionale pour sortir des pesticides. D’une part, au lieu d’améliorer la protection des riverains, elles marquent une régression, dont certaines nous semblent illégales. D’autre part, ces chartes auraient pu contribuer à diminuer l’usage des pesticides. Elles vont à rebours de l’Histoire. »

Avec la crise du Covid-19, notre dépendance alimentaire est apparue comme une faiblesse. La profession agricole s’est mobilisée pour assurer l’approvisionnement local en lien avec les entreprises de distribution. Le consommer « made in France » a été encensé. Au lieu de faire des pas en arrière, nous devons nous appuyer sur ce qui a été possible pendant le confinement pour soutenir une production régionale de qualité, respectueuse de notre santé et de notre environnement et qui sécurise nos ressources alimentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *