[C_PRESSE] Implantation d’Amazon : les élu.e.s écologistes à la Région défendent un autre modèle
Partager

L’entreprise américaine Amazon porte un projet d’implantation d’une gigantesque plateforme logistique à Montbert, au sud de Nantes. Cet entrepôt XXL, l’un des plus grands de France avec 185 000 m2 de plancher soit environ 25 terrains de football, a vocation à alimenter d’autres sites de plus petite taille dans le Grand Ouest, participant à la stratégie de maillage du groupe sur tout le territoire. Une stratégie dénoncée par les élu.e.s du groupe Ecologiste et Citoyen au Conseil régional, qui réaffirment leur soutien au commerce local et défendent un autre modèle basé sur une économie de proximité.

Franck NICOLON, co-président du groupe Ecologiste et Citoyen et élu du Vignoble Nantais : « En plus de ses impacts économiques et sociaux, le projet d’Amazon à Montbert prévoit l’artificialisation de 14,5 hectares de sols, dont 12,9 seront imperméabilisés. Il occasionnera un trafic routier considérable, avec des nuisances sonores pour les riverains, y compris la nuit et le week-end puisque le site fonctionnera en continu. »

Il ajoute : « Nous réaffirmons notre opposition à la stratégie d’implantation de la multinationale dans notre région et réaffirmons notre soutien au commerce de proximité. Des alternatives au modèle Amazon sont à construire, pour un développement du e-commerce qui soit vertueux et en phase avec la volonté de relocaliser et de dynamiser le tissu économique local. D’ailleurs, notre projet de plan de relance régional prévoit le développement de plateformes logistiques de livraison et de distribution locale, notamment pour favoriser des modèles coopératifs. »

Lucie ETONNO, co-présidente du groupe Ecologiste et Citoyen, ajoute : « En juillet dernier, nous nous opposions à l’installation d’Amazon à Carquefou, dénonçant un modèle basé sur une impunité fiscale, sociale et environnementale. Le projet d’implantation d’une nouvelle plateforme au sud de Nantes est soutenu par un élu de la majorité régionale. Or, ce modèle de développement économique de la droite régionale met en danger les emplois locaux. Le modèle Amazon est mortifère pour le commerce de proximité, en raison notamment de la concurrence déloyale engendrée par la firme américaine. Il faut aussi rappeler que pour un emploi créé par ces plateformes, au moins deux emplois sont détruits dans le commerce de proximité. »

Ils concluent : « Les élus locaux ont le pouvoir de dire non au modèle Amazon, de stopper son expansion, de refuser le chantage à l’emploi. Il s’agit de reconstruire un modèle économique plus humain, plus sobre et plus résilient. Dans cette perspective, accueillir cette plateforme logistique serait un non-sens pour notre territoire. »