[C_PRESSE] Masques « grand public » : La Région a un rôle de coordination à jouer
Partager

Dans son allocution télévisée du lundi 13 avril, le président de la République a affirmé que l’Etat, à partir du 11 mai, en lien avec les maires, devra permettre à chaque Français de se procurer un masque « grand public ». Dans les Pays de la Loire, plusieurs responsables d’exécutifs locaux, départements, agglomérations, communes, ont annoncé depuis avoir commandé des masques alternatifs pour leurs administré.e.s. Pour les élu.e.s du groupe Écologiste et Citoyen, le Conseil régional doit s’engager dans la coordination de la commande publique et de la distribution de masques réutilisables sur son territoire, pour une répartition équitable, en tenant compte des besoins des professionnels.

Lucie ETONNO, co-présidente du groupe Écologiste et Citoyen : « Depuis plusieurs jours, nous assistons en Pays de la Loire à une succession d’annonces de commandes de masques alternatifs pour le grand public. Nous constatons également que certains territoires ne sont pas couverts par les annonces faites jusqu’à présent. Dans le même temps, les entreprises se mobilisent pour trouver des masques qu’elles sont tenues de fournir à leurs salariés pour leur reprise d’activité. Le risque est que cela se transforme en course au premier servi. »

Elle ajoute : « Il y a donc un besoin urgent de coordination pour laquelle le Conseil régional a une responsabilité à prendre, en lien avec l’Etat et l’ARS. En cas de tension sur les stocks, nous devons être capables de définir collectivement nos priorités et de réguler la distribution. Ce travail est à mener avec le tissu industriel textile local, déjà mobilisé depuis plusieurs semaines. »

Franck NICOLON, co-président du groupe Écologiste et Citoyen : « Dans l’attente d’un vaccin ou d’un traitement efficace, nous devons préparer notre territoire à vivre avec le coronavirus pendant plusieurs mois. La stratégie régionale de coordination doit donc s’inscrire dans la durée, en lien avec l’Etat qui devra s’impliquer financièrement. En effet, les collectivités ne pourront pas faire face seules à l’achat et au renouvellement d’un stock de masques réutilisables, ceux-ci pouvant perdre en efficacité au fil des lavages. »