[C_PRESSE] Pauvreté : garantir un revenu décent aux plus précaires favorise bien le retour à l’emploi !
Partager

Dans un contexte de grave hausse de la pauvreté liée à la crise du coronavirus, le plan d’aide aux plus précaires présenté ce samedi 24 octobre par le Gouvernement était très attendu. Cet enjeu a aussi été débattu lors de la session plénière du Conseil Régional des Pays de la Loire du 16 octobre dernier, où les élu.e.s du groupe Ecologiste et Citoyen avaient poussé pour que l’assemblée régionale se positionne pour l’expérimentation d’un revenu de base universel accessible dès 18 ans en Pays de la Loire. Cette avancée pour la justice sociale a été écartée par Christelle Morançais et sa majorité, sous prétexte qu’il serait plus important de « pousser vers la formation plutôt que vers le RSA ». Pourtant, les études et expérimentations montrent au contraire qu’un revenu décent garanti facilite l’accès à la formation et à l’emploi.

Lucie Etonno, co-présidente du groupe Ecologiste et Citoyen : « Le vœu* que nous avons présenté avait un double objectif : demander à l’Etat une action urgente et d’ampleur pour faire face à la hausse brutale de la pauvreté et soutenir l’expérimentation d’un revenu de base universel accessible dès 18 ans. En effet, ce n’est pas en attendant une reprise économique que nous allons pouvoir combattre efficacement et durablement la précarité, notamment chez les jeunes. En ce sens, le Conseil régional a un rôle à jouer. Financer les associations de solidarité, même si c’est important, ne suffit pas. Nous devons innover et expérimenter de nouveaux outils pour sortir de l’ornière. Et vite ! »

Elle explique : « Les expérimentations** en cours dans plusieurs pays du monde démontrent les impacts positifs d’un revenu décent garanti en matière d’accès à la santé, au logement, à la formation, à l’éducation, à une alimentation saine. Elles montrent également qu’avoir un minimum de sécurité matérielle permet de se projeter dans un avenir professionnel, d’avoir davantage confiance dans l’avenir. C’est fondamental, particulièrement en période de pandémie. La réponse de Christelle Morançais, qui croit que les mesures de solidarité doivent se cantonner à l’aide d’urgence et qu’un revenu minimum garanti freinerait le retour à la formation et à l’emploi, est donc tant caricaturale qu’idéologique. Elle témoigne d’une profonde méconnaissance des enjeux et du rôle que pourrait avoir un revenu de base.  »

*Voir le vœu présenté par le groupe Ecologiste et Citoyen lors de la session du Conseil régional du 16 octobre.

**Voir également l’étude INSEE sur l’effet des minima sociaux sur l’encouragement à travailler chez les jeunes et les retours d’expérience en cours sur le revenu universel en Europe sur le site revenudebase.info.