[C_Presse] Pour le sauvetage complet de la ligne Caen-Alençon-Le Mans-Tours
Partager

Lors de la session du Conseil régional du 31 mars 2021, Lucie Etonno, co-présidente du groupe Écologiste et Citoyen a porté, avec le soutien du groupe SERR, un vœu pour le sauvetage complet de la ligne Caen-Alençon-Le Mans-Tours. La majorité LR-UDI a voté contre ce vœu qu’elle estime prématuré.

« Si nous saluons la mobilisation collective et le travail commun qui ont abouti aux travaux d’urgence des derniers mois, nous nous préoccupons du devenir de la ligne Caen-Alençon-Le Mans-Tours à moyen et à long terme. Pour la pérennisation complète de cette ligne, des travaux de régénération sont nécessaires pour le remplacement de traverses et des travaux sur le rail. Jusqu’à présent nous avions l’information que ces travaux doivent être réalisés d’ici 2025 : cela signifie que le financement doit être acté d’ici 2022 », explique Lucie Etonno, co-président du groupe Écologiste et Citoyen.

La préoccupation du groupe est renforcée par la mise en place de liaison en cars par la région Normandie sur une partie du tracé et par l’absence d’annonce forte lors de la visite du PDG de SNCF Jean-Pierre Farandou le 17 mars dernier, où il a été question essentiellement de la perspective de la circulation de trains à hydrogène d’ici 5 ans.

« A ce jour, nous avons savons que l’enveloppe totale pour la régénération de l’axe Alençon-Le Mans s’élève à plus de 115 millions d’euros. Au vu des délais d’études, d’avant-projet et de planification des travaux, il nous apparaît nécessaire d’avoir plus de visibilité sur les engagements des parties prenantes qui sont aujourd’hui indispensables pour le maintien de cette ligne. C’est pourquoi nous avons porté un vœu le 31 mars, pour demander un tour de table des financeurs entre l’Etat, les Régions Normandie, Pays de la Loire et Centre-Val de Loire et SNCF Réseau et la réaffirmation du soutien du Conseil régonal au sauvetage complet de la ligne Caen-Alençon-Le Mans-Tours d’ici 2025 », affirme Lucie Etonno.

La majorité régionale LR-UDI a signifié que les travaux des phases 2 et 3 pour la régénération complète de la ligne sont nécessaires d’ici 6 à 10 ans, voire 20 ans pour la phase 2. Elle a décidé de voter contre le vœu de soutien à la ligne, prétextant qu’il était trop tôt pour s’engager. Sur ce dossier, nous continuerons à être pro-actif au regard de l’intérêt national de cette ligne et nous interrogerons à présent la SNCF sur l’état complet de la ligne et le calendrier précis des travaux nécessaires.