[C_PRESSE] « Première écologiste de la Région » : les élu.e.s écologistes réagissent aux propos de C. Morançais
Partager

A la veille de l’ouverture de la session du Conseil régional ce mercredi 18 décembre, sa présidente s’est déclarée vouloir être la « première écologiste des Pays de la Loire » en évoquant son budget 2020 en faveur de la transition écologique. Si les élu.e.s du groupe Ecologiste et Citoyen se félicitent de voir l’écologie mise au premier plan du débat politique régional, ils rappellent à Christelle Morançais que l’écologie est une démarche collective et territoriale qui appelle une mise en cohérence de toutes les politiques publiques. Aujourd’hui, le budget pour la transition écologique représente à peine 9% du budget global. Sérieux ?

L’écologie est une démarche collective, pas un concours personnel

Lucie ETONNO, co-présidente du groupe Ecologiste et Citoyen : « Quelques mesures en faveur de la transition écologique ne font pas une politique écologiste qui exige une grande cohérence entre les discours et les actes, mais aussi du courage, de la constance et de la clarté. Ne nous laissons pas tromper par les effets d’annonce. L’urgence climatique et sociale nécessite une mobilisation au-delà des clivages politiques, pas un concours personnel. »

Un budget 2020 clairement pas à la hauteur des enjeux écologiques

Franck NICOLON, co-président du groupe Ecologiste et Citoyen : « Le budget primitif 2020 présenté par la majorité montre une nouvelle fois la politique des trop petits pas face à l’urgence climatique et sociale. Notre groupe, constant dans ses objectifs, fera donc des propositions concrètes lors de la prochaine session du Conseil régional pour écologiser des politiques structurantes qui seront décidées ou déployées en 2020. »

Face à l’« auto-promotion » de la présidente du Conseil régionale, les élu.e.s du groupe Ecologiste et Citoyen lui rappellent quelques éléments de son bilan :

  • La division par quatre du budget d’aide à la rénovation énergétique des particuliers. Ainsi, ce sont plus de 4 000 foyers ligériens qui n’auront pas été soutenus par la Région durant ce mandat (2315 dossiers aidés en 2015 contre 1063 en 2018).
  • Le soutien inconditionnel au projet d’aéroport inutile et destructeur à Notre-Dame-des-Landes.
  • Le soutien à un nouveau projet inutile et contre nature : le port de plaisance de Brétignolles-sur-Mer.
  • L’absence de dynamique sur la protection de la biodiversité sauf des actions de communication comme « une naissance = un arbre » et des conventions tous azimuts sans actions à la clef.
  • La suppression de 33 000 heures d’ouverture de guichets SNCF conduisant à la fermeture de nombreuses gares dans les cinq départements ligériens.
  • Près de 30M€ de « chèques cadeaux », subventions sans conditionnalité écologique à l’industrie agro-alimentaire.