[SESSION] Automobile et aéronautique : rebâtir des filières en phase avec les objectifs climatiques
Partager

Deux filières industrielles majeures de notre région ont été profondément impactées par la crise du Covid-19 : la filière automobile et la filière aéronautique. Malgré les milliards d’euros de soutien versés par le Gouvernement, des plans de licenciement ont été annoncés, comme sur les sites d’Airbus à Nantes, Bouguenais et Saint-Nazaire. Les répercussions sont également importantes sur l’ensemble du tissu des sous-traitants, bien implantés dans les cinq départements ligériens. Il est donc nécessaire d’affirmer un fort soutien aux entrepreneurs et salariés impactés.

Dans le même temps, la croissance exponentielle du trafic aérien et automobile dans le monde n’est pas compatible avec la préservation du climat et des ressources naturelles. Face à l’urgence, les recherches sur l’avion « vert » ou « bas carbone » sont encore des perspectives trop lointaines, tandis qu’un basculement à 100% vers la voiture électrique nous conduirait dans une impasse industrielle, énergétique et écologique. Les mesures de soutien public post-Covid représentent donc une occasion historique de participer activement à l’orientation de ces filières pour les prochaines années, de les rebâtir et les diversifier pour davantage de résilience, avec dans le viseur, le respect des objectifs des accords de Paris consistant à limiter le réchauffement climatique global à moins de 2°C.

Lors de la session du Conseil régional des 9 et 10 juillet 2020 consacrée au « plan de relance » de la majorité, les élu.e.s du groupe Ecologiste et Citoyen ont donc proposé un vœu qui visait notamment à :

  • Soutenir les salariés et entrepreneurs des secteurs aéronautiques et automobiles impactés par les conséquences économiques et sociales de la pandémie de Covid-19.
  • Lancer à l’échelle régionale un groupe de travail représentatif des acteurs des filières aéronautique et automobile pour partager l’état des lieux, qualifier les défis à relever et mobiliser l’intelligence collective pour imaginer les solutions possibles.
  • Demander à l’Etat d’initier un groupe de travail interrégional sur la transformation des métiers de l’aéronautique et de l’automobile et sur la transition de ces deux secteurs avec l’ensemble des acteurs de ces filières (salariés, syndicats, entreprises, collectivités, chercheurs et citoyens).

Il faisait écho à leur demande formulée à l’annonce de la création d’une task-force régionale début juin consacrée à la filière aéronautique afin que celle-ci intègre les enjeux de la transition et de la transformation écologique de cette industrie et de ses savoir-faire, en plus de la préservation des emplois.

Ce vœu a suscité des réactions diverses dans l’hémicycle mais aucun groupe n’a souhaité le voter :

  • Le groupe SERR (socialiste, écologiste, radical et républicain) a partagé le soutien aux filières mais s’est abstenu en raison de la formulation du vœu concernant l’ « avion vert » et la voiture électrique. Ce sont pour eux des perspectives vers lesquelles il faut avancer.
  • La réaction des deux groupes d’extrême-droite au vœu a été assez virulente, allant jusqu’à qualifier le vœu de « ridicule » ou « obscurantiste », mêlant propos climatosceptiques et anti-éolien.
  • La majorité a de son côté insisté sur le soutien aux entrepreneurs et salariés mais sa persistance à croire en la technologie comme solution à la crise climatique sans remettre en cause nos modes de consommation ou de déplacement l’a amené à voter contre le vœu.
  • Le groupe En Marche ne s’est pas exprimé sur le sujet.

Les élu.e.s du groupe Ecologiste et Citoyen regrettent ces prises de position qui n’amèneront pas notre Région à se poser véritablement la question de la transition écologique des filières automobile et aéronautique dans le cadre de son « plan de relance ». Des mesures complémentaires devraient être dévoilées par la majorité lors de la session plénière d’octobre. Les élu.e.s écologistes et citoyens continueront de porter ces enjeux, avec comme boussole le devoir d’accompagner les salariés touchés vers de nouveaux métiers, vers de nouveaux secteurs plus durables.

Pour aller plus loin : lire le vœu proposé par les élu.e.s du groupe Ecologiste et Citoyen.