[SESSION] Des mesures écologiques ne font pas une politique écologique
Partager

Lors de la session du Conseil régional du 19 décembre 2019, les élu.e.s du groupe écologiste et citoyen ont fait le point sur le politique de transition écologique du Conseil régional. S’ils notent des mesures intéressantes et une avancée dans la prise de conscience, ils regrettent les incohérences et les discours qui ne se traduisent pas toujours en actes.

Pour Sophie Bringuy : « Nous notons que globalement, la prise de conscience des enjeux écologiques dans l’hémicycle progresse. Ce qui est gênant, c’est que cela devient presque une surenchère au plus écologiste. Mais quand il s’agit de mettre en cohérence les discours avec les actes, c’est autre chose… »

Par exemple, la majorité régionale met en avant son action en matière de transition énergétique. Mais, pour le moment, son action sur l’efficacité et la sobriété énergétique est très décevante. Elle a divisé par 4 le budget pour les aides à la rénovation thermique pour les particuliers sans mettre en place d’alternative. Pareil pour la biodiversité. La majorité communique beaucoup et signe de nombreuses conventions de partenariat. Mais pour le moment, difficile d’y voir beaucoup plus que des opérations de communication.

Sophie Bringuy a cependant souligné la montée en puissance de la politique de l’eau et la mise en place d’une politique intéressante pour l’économie circulaire. Elle regrette cependant les incohérences entre ces actions volontaristes et d’autres politiques de la majorité régionale. Par exemple, lors de la même session, la majorité a défendu le modèle Amazon à l’opposé des objectifs de l’économie circulaire, ou encore voté une subvention pour le projet Jourdain – qui vise à recycler les eaux usées pour les remettre dans les circuits d’eau potable – sans demander aux élus locaux concernés de s’engager dans un projet global de gestion sobre des ressources naturelles.

Le groupe a insisté sur l’importance de la cohérence entre les discours et les actes. Il constate que le budget dédié à la transition écologique concerne 8% du budget global du Conseil régional. L’utilisation des 88% restant est donc stratégique.

Pour aller plus loin: lire l’intégralité de l’intervention de Sophie Bringuy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *