[SESSION] La résilience comme priorité éducative de la Région
Partager

La session du Conseil régional des 9 et 10 juillet était la première post-confinement. L’occasion pour Franck Nicolon, au nom du groupe Ecologiste et Citoyen, de démarrer son intervention en remerciant l’ensemble de la communauté éducative, les agents régionaux, le Rectorat, les parents d’élèves, les syndicats, les représentants des élèves pour avoir fait tenir debout le service public des lycées et de l’apprentissage dans notre région jusqu’à la coupure estivale.

L’occasion également de rappeler les propositions faites par les élu.e.s écologistes et citoyens pour alimenter le « plan de relance » régional. Parmi celles-ci, l’organisation d’assises régionales de l’éducation avec notamment pour objectifs de renforcer l’égalité d’accès aux conditions d’éducation, de lutter contre le décrochage scolaire et d’intégrer le risque épidémique dans le fonctionnement ordinaire des établissements scolaires.

Pour Franck Nicolon : « Après ce confinement, nous savons toutes et tous que la façon d’enseigner, d’apprendre, d’éduquer, d’orienter devra prendre en compte les risques liés aux épidémies, à leurs conséquences sanitaires, écologiques, sociales et économiques. Nous avons aussi vécu pendant le confinement des lycées et CFA des initiatives de solidarité, d’expérimentation, d’innovations enthousiasmantes parce que inédites, imprévues, étonnantes. Valorisons ces initiatives dès l’automne en leur donnant une dimension régionale. C’est le sens de notre proposition des assises régionales de l’éducation à l’automne. »

Certaines mesures du « plan de relance » de la majorité régionale viennent répondre à la nécessité d’anticiper ces défis à moyen terme :

  • Le renforcement des outils pédagogiques à distance ;
  • Un appel à projets en direction des innovations pédagogiques ;
  • L’acquisition d’ordinateurs pour les familles en situation de précarité sociale (une demande que nous relayons depuis le début du mandat).

Cependant, trop peu de mesures sont là pour répondre aux urgences de la rentrée de septembre. D’autres auraient pu aller plus loin ou demeurent du pur affichage :

  • Le seul maintien du calendrier de rénovation des lycées public et privés, plutôt que l’accélération des chantiers ;
  • Un doublement du montant du Fonds social lycéen (FSL) mais sans remise à plat des critères d’attribution, ce que demande les écologistes depuis le début du mandat ;
  • La moitié des fonds consacrés au sujet essentiel du décrochage scolaire passe dans le soutien aux Ecoles de production, sans contrat d’objectifs en contrepartie ;
  • L’inscription à des fins de communication politique des 15M€ liés au maintien de la gratuité des manuels scolaires, annoncé de longue date, comme mesure nouvelle du plan de relance.

A l’intervention de Franck Nicolon, la majorité régionale a concédé une « situation inédite » et la nécessité de « prévenir sur des conséquences que nous ne connaissons pas encore ». Si l’humilité demeure la règle dans cette période, il y a cependant, pour Franck Nicolon, la nécessité de « porter dans les politiques publiques régionales la dynamique de solidarité positive que nous avons toutes et tous contribué à faire vivre de notre place dans ces lieux de vie que sont les lycées et les CFA pour construire les contours d’une organisation éducative régionale résiliente et lieu central de formation pour faire face aux défis d’avenir de la transition écologique ».

Pour aller plus loin : lire l’intégralité de l’intervention de Franck Nicolon